Édito

 

Les documents qui vous sont ici proposés procèdent d'un travail décidé par la Commission permanente de l'Enseignement catholique au printemps 2014. Compte tenu des tragiques événements de janvier 2015, la précision est d'importance : elle signifie que depuis des mois nous ressentions le besoin de fournir aux acteurs de l'Enseignement catholique des points de repère pour les aider à articuler sereinement projet chrétien d'éducation et laïcité républicaine.

« Sereinement », car la formation et l'éducation ne se construisent pas dans les raccourcis médiatiques et les formules-choc. Elles requièrent calme, confiance et raison, et supposent à cet égard un travail de clarification des concepts.

Tel est bien le sens du présent dossier. L'un de ses postulats réside dans l'idée selon laquelle la laïcité ne constitue pas un projet de société, mais représente plutôt l'une des conditions de mise en œuvre de ce projet. Elle pourrait en effet se définir comme le principe politique et les conditions juridiques qui permettent la coexistence et plus encore la rencontre entre des personnes et des groupes d'identités différentes. Elle constitue un espace d'universalité fondé sur le respect de toutes les particularités ; elle vise en cela à empêcher ces particularités de se transformer en particularismes ; elle nécessite que chaque ancrage accepte la légitimité d'autres ancrages ; elle appelle donc l'ouverture à l'altérité.

C'est pourquoi il me semble très important de ne pas confondre la nécessaire laïcité de l'État et une laïcisation asséchante de la société. La laïcité ne peut pas se fonder sur le mutisme, ni sur l'exclusion du religieux de la sphère publique. à cette vision de la laïcité comme vacuité, je crois utile d'opposer une laïcité de la capacité partagée à se parler et à s'écouter, une laïcité d'intelligence et de respect. Ce qui est en jeu, c'est en effet notre aptitude à construire du commun et à porter du projet collectif, au-delà de nos différences. Et cela porte un nom : la fraternité, chrétienne et républicaine, républicaine et chrétienne...

Ainsi comprise, la laïcité ne pose aucun problème à l'Enseignement catholique, et je considère que réciproquement l'Enseignement catholique ne lui pose nul problème. Ses établissements sont ouverts à tous, sans quelque distinction que ce soit. La loi reconnaît leur spécificité et leur capacité à mettre en œuvre leur projet chrétien (le « caractère propre »), mais ils s'interdisent tout prosélytisme et respectent le pluralisme des identités, des croyances et de l'absence de croyance. Ils s'efforcent d'accueillir chacun dans ce qu'il est, et de promouvoir la connaissance mutuelle, le dialogue et la concorde. En cela, ils entendent contribuer à leur manière chrétienne à l'édification du lien social et, je le répète car tel est bien là l'essentiel, de la fraternité.

Ce dossier numérique présente diverses entrées pour une réflexion en équipe. Il accompagne un vaste projet de formation, organisé dans le cadre de la mobilisation pour les valeurs de la République initiée par le Ministère de l'Éducation Nationale mais conçu au sein de l'Enseignement catholique. En lien avec Formiris, les autorités de tutelle, les instituts de formation et les universités catholiques, diverses initiatives de formation se déploieront au fil de l'année scolaire 2015-2016, et pourront nourrir l'enrichissement progressif du présent document. D'ores et déjà, l'onglet « actualités » permet de prendre connaissance des propositions à venir. Je souhaite qu'en cela il aide chacun à assumer sa responsabilité éducative dans une École pleinement chrétienne et pleinement inscrite dans le champ de la Nation et de la République.

Pascal Balmand

Secrétaire général de l'Enseignement catholique


Pour télécharger ou imprimer l'ensemble des fiches en un seul clic :